Nanterre 92

98 - 77

MSB Le Mans

sam. 27 octobre - 20H00

Palais des Sports de Nanterre

% 2 Pts

69%

% 3 Pts

54%

% FLS

100%

Statistiques

29

Rebonds

29

17

Passes
Décisives

21

9

Interceptions

9

11

Balles
perdues

14

121

évaluations

86

% 2 Pts

58%

% 3 Pts

24%

% FLS

68%

Commentaires sur le match

 Premier quart temps : Un démarrage en trombe (24-14)
Dans un Palais des Sports plein à craquer, Haukur Palsson, après une pénétration acrobatique, ouvrait le score après 1m30 de jeu, faisant asseoir les 3000 spectateurs présents pour l’occasion. Jeremy Senglin qui foulait le parquet pour la première fois de la saison, y allait de son panierdanês les premiers instants du match. De son côté, Adas Juskevicuis comme à son habitude envoyait des brindilles derrière l’arc pour mener 10-4.
Les rotations se faisant peu à peu, Waters donna un avantage plus conséquent à son équipe, ce qui provoqua un temps mort manceau à la 8e minute (20-11). Une défense hargneuse dont Demetrius Treadwell était l’un des fer-de-lances, donna un matelas de 10 points à la fin du premier quart-temps (24-14).
Deuxième quart temps : Une adresse aux tirs qui fait mouche (47-32)
Pour ce deuxième quart-temps, il fallait continuer sur la même lancée, pas simple après un premier acte aussi bon. Mais notre guyanais Jean-Marc Pansa, sur un caviar de Dom Waters, monta au dunk puis contrait Antoine Eito en haute altitude avant que Jeremy ne trouve Hugo « for three » pour mener 37-26 et faire lever le chaudron nanterrien.
Senglin à son tour envoyait une nouvelle pistache, Waters n’en était pas en reste non plus à longue distance (14 points). Avec un joli 47-32 à la mi temps et une adresse à 3 points de plus de 50 %( 7/12), les nanterriens menaient logiquement à la mi-temps. En face, Richard Hendrix surnage dans la peinture avec 12 points sur les 20 premières minutes.
Troisième quart temps  : Un quart temps à deux visages (63-50)
Le Champion de France en titre revenait en jeu pour montrer que les 20 premières minutes n’étaient pas dans leur standing. C’est l’ancien chalonnais Cameron Clark qui sonna la révolte, bien aidé par Valentin Bigote après un ballon piqué à Waters, faisant recoller Le Mans à 5 points (47-42) après quelques minutes.
Moment choisi par Pascal et le staff nanterrien pour rameuter les troupes : Gamble trouvait Waters à 3 points pour faire décoller le score (50-42), stoppant ainsi la serie mancelle de 10-0.
Une défense retrouvée, des ballons volés et à nouveau un écart un peu plus large avec le talentueux Jeremy Senglin en électron libre,  sur un tir dont il a le secret, au buzzer, laissant les sarthois avec 13 points de retard à l’entame du dernier quart temps (63-50).
Quatrième quart-temps : Un feu d’artifice pour finir  (98-77)
Senglin, encore lui, continuait de nous montrer l’étalage de tout son talent avec un nouveau tir à 3 points, puis de la fixation pour trouver des bonnes situations pour ses coéquipiers. Jean-Marc Pansa continuait d’être efficace sous les panneaux, c’était trop pour Le Mans (76 à 54) à la 35ème minute. Hugo Invernizzi, sur un tir à 3 points incroyable, donnait 24 points d’avance aux nanterriens.
Sous les ovations de Maurice-Thorez, Jeremy Senglin sortait à 2m30 de la fin du match, Carne puis, une nouvelle fois, Waters qui terminait avec un 9/9 aux tirs pour clôturer cette très belle soirée.
Score finale : 98-77
Soirée parfaite pour notre équipe, au complet (121 d’évaluation) pour la première fois à domicile, il faudra continuer de la sorte pour vivre une nouvelle  belle semaine en Grèce et dans le derby parisien dimanche prochain.
#WeAreJSF
K.D.

Action Replay

Nos partenaires

Espace Partenaire